Registre: Naissance d'Eoghann Dénéré de Dongenan

Aller en bas

Registre: Naissance d'Eoghann Dénéré de Dongenan

Message  Chimera le Jeu 11 Mar - 15:41

Ces pages consignent le rapport exhaustif de la naissance du fils de Mumia et Chimera Dénéré de Dongenan

Le 5 Octobre 1456 - Rohan


Chimera a écrit:Aucun doute, ce sont bien les abords de Rohan qu’ils distinguent au loin…
Elle laisse son regard dériver sur la campagne qui s’éveille, au gré des cahots de la calèche. Mumia a catégoriquement refusé qu’elle marche ou monte à cheval dans son état. Elle n’a pas protesté, rendue douillette par la douleur lancinante que les derniers mois de grossesse ont laissé s’installer au bas de ses reins.
Le matin… oui… renouveau bienvenu pour les deux jeunes gens, qui rappelle de doux souvenirs, leur permettant de songer à autre chose qu’au passé récent, tourmente des élections bien connue de nombre de bretons…

Pour prendre l’air et se dégourdir les jambes, ils ont fait une courte halte et se tiennent côte à côte au bord de la route, perdus dans leurs pensées.
Le Tro Breizh doit être déjà arrivé, se dit-elle dans ses songes. Hâte de revoir ces visages connus, pensées enjouées en se remémorant les soirées animées lors de leur remarqué passage à Vannes. Nul doute que Rohan est également en pleine effervescence…

C’est la première fois qu’ils quittent Vannes depuis qu’elle y est insta….

La main reposant sur le bras du jeune fiancé qui se crispe soudain…. elle le regarde, ne sachant trop si elle doit paniquer ou sourire…. Fébrile, elle murmure :

Mumia…
Il comprend, c’est indéniable… et si l’attitude de la jeune femme n’y suffit pas, le tissus de sa houppelande anormalement trempé lui indiquera…

Mumia a écrit:Ils étaient partis de Vannes dans la nuit afin d'atteindre Rohan aux premières lueurs du jour. Voyager dans cet état, pour Chimera, n'était pas raisonnable du tout et il le lui avait dit. Mais la jeune femme, en bonne bretonne qu'elle est, avait tellement insisté qu'il avait dû se résoudre à ce qu'elle l'accompagne.

Il faut dire qu'ils allaient à Saint-Brieuc et la perspective de revoir Merlinne avait dû peser au moins autant que le fait de le laisser voyager seul, il en était certain. Et puis...ce petit être qui grandissait depuis maintenant de longs mois dans son ventre, qu'aurait-il pensé si son papa n'était pas là pour le voir pointer le bout de son nez dans ce bas monde ?

Alors qu'ils arrivaient aux abords de Rohan, et après avoir subi des heures durant le cahot de la calèche, Mumia fut tiré de son demi-sommeil par le chuchotis presque inaudible de son prénom par Chimera, accompagné d'une lourde pression sur son bras.

Les yeux lourds de sommeil, il se tourna vers elle, et compris presque instantanément ce qui venait d'arriver. Il la gratifia, pour la rassurer, d'un sourire et d'un regard dans lequel on pouvait tout à la fois lire bonheur, inquiétude et soulagement...

La rassurer...surtout faire que cet évènement merveilleux, ce que la nature fait de mieux ne soit pas source d'angoisse inutile pour elle...


Alors...Rohan est en vue, nous y serons dans quelques dizaines de minutes et nous mettrons tout de suite en recherche d'une personne pouvant t'aider mon amour...

Ce disant, il lui passa amoureusement la main dans les cheveux et lui déposa un tendre baiser sur la joue

Chimera a écrit:Quelques instants plus tard, la calèche filait vers la ville...

La jeune femme, gauche tout à coup, soutenait son ventre comme si l'enfant menaçait d'en tomber.

La panique se frayait progressivement un chemin... appréhension... souffrances à venir... angoisses à propos de l'état de santé du bébé, et du sien... Regard vers Mumia à ses côtés... Le sentiment, sans disparaitre, fut stoppé net dans sa progression. Immense réconfort que son sang froid et son attitude posée. Il avait déjà connu cela... Elle, simplement la venue au monde du petit Beuniore à Etel, qu'elle appelait Loargann... souvenir de la naissance sous une lune pleine et rayonnante... Il était temps désormais de se rappeler le courage d'Aliéniore...

Retour a la réalité....
Elle y avait pensé en entreprenant ce voyage... si jamais... Rohan...
Ainsi, alors que leur petit équipage s'engageait dans les rues de la ville, elle dut hausser le ton pour couvrir le fracas des roues et des sabots:


Lusiana... Mumia, il faut trouver Lusiana...

Mumia a écrit:Il la sentait prise de panique. L'angoisse à l'idée de mettre au monde son bébé là, dans une calèche entre Vannes et Rohan la rendait anxieuse de manière palpable.

Trouver Lusiana...ça ne devrait pas être trop difficile dans une ville où elle est maire...

Dés lors que la calèche eut pénétré les remparts de Rohan, Mumia sauta à terre - non sans avoir embrassé Chimera - et se mit en quête de Lusiana.

La première échoppe qui se présenta à lui, fut le "Da Garan". Rapide salutation stressée :
Demat d'an holl ! je cherche Dame Lusiana, vous ne sauriez pas où elle peut se trouver ? c'est urgent !

Les quelques clients présents s'accordèrent à dire qu'à l'heure qu'il était, elle devait probablement assister à la messe, comme la plupart de ses concitoyens un dimanche matin...

Un "trugarez" ponctua la rapide sortie de Mumia dans les rue de Rohan.

Il leva la tête, fit un tour complet sur lui même et avisa le clocher de l'église de Rohan, vers laquelle il se dirigea d'un pas alerte...

(à l'église de Rohan)

Lusiana a écrit:La diaconesse retenue par divers obligations arriva en retard. Elle tacha de se faire aussi discrete que possible pour entrer dans l'eglise. Elle s'installa parmi les fideles et ecouta la messe. Quand elle vit la porte s'ouvrir. Elle n'etait pas la seule en retard manifestement. C'est alors qu'elle reconnu le nouvel arrivant, il s'agissait de Mumia, le compagnon de son amie Chimera...

Mumia a écrit:Mumia ouvrit les lourdes portes de l'église. Il sentit instantanément des dizaines de paires d'yeux se figer sur lui, et un silence de plomb se fit sans l'édifice sacré, tandis que le curé stoppa net son homélie.

Sans y prêter plus attention, il se dirigea vers l'un des côtés de l'autel où se trouvaient les bancs réservés aux membres imminents de la communauté rohannaise, où il avisa la maire Lusiana.

Il lui expliqua à l'oreille la situation en quelques mots et l'attendit...

Lusiana a écrit:Lusiana se signa rapidement et sortit precipitament de l'eglise, à la suite de Mumia.
avatar
Chimera
Admin

Messages : 145
Date d'inscription : 28/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://domainechimera.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Registre: Naissance d'Eoghann Dénéré de Dongenan

Message  Chimera le Jeu 11 Mar - 15:42

Lusiana a écrit:Lusiana etait sortie aussi vite qu'elle avait pu de l'eglise. Decidement cette journée etait pleine de rebondissement.
Elle arriva sur les lieux, monta lourdement dans la caleche, sa trousse dans une main. Il ne lui fallu pas longtemps pour se rendre compte de l'avancée du travail.


Mumia, trouvez de l'eau tres chaude, et des linges. Allez à l'hotel dieu s'il le faut. On ne peut plus l'y transporter c'est trop tard, l'enfant va arriver. Depechez vous. Si vous voyez Anastriana, dites lui de venir. Elle est medecin elle aussi.

Elle reporta son attention vers son amie.

Allez ma belle. Tout va bien se passer, ne t'inquiete pas.

Elle prit une lotion de lavande dont elle imbiba un linge pour le passer sur le front de Chimera. L'interieur d'une caleche n'etait pas l'endroit le plus indiqué pour pratiquer un accouchement, mais au moins elles etaient à l'abris du mauvais temps. Elle tacha de trouver des coussins, enleva sa pelisse pour la rouler en boule derriere le dos de Chimera. Elle posa sa main sur le ventre de la parturiente et commença à compter. Elle s'assura que le bébé se presentait bien.

Bon, je t'explique comment ça va se passer. Mais tu te souviens de l'accouchement de maman, donc tu dois savoir à peu pres. Quand je te le dirait, tu pousseras le plus fort possible. D'accord?

Elle continuait de compter. Les contractions se rapprochaient.

Allez Chim, il faut y aller maintenant. Prend une grande inspiration et pousse de toute tes forces.

Chimera a écrit:L’absence de Mumia avait paru durer des heures, pendant lesquelles le travail avait progressé à une vitesse fulgurante…

C’est pourquoi, en prise à un explosif mélange de panique et de douleur, elle n’avait pu accueillir l’arrivée de Lusiana qu’avec un semblant de sourire… qui s’était vite mué en grimace…
Se retrouver dans pareilles conditions… c’était assez impromptu…
Salutations, discours et remerciements attendraient… il y avait du travail…
Soulagée par la présence et les gestes professionnels de Lusiana, elle s’en était remise à elle, tâchant de noyer son appréhension inexpérimentée dans une application consciencieuse des directives qu’elle lui donnait, hochant la tête de-ci, serrant les dents de-là...

Une nouvelle fois, la jeune femme s’accrocha convulsivement à un relief sculpté dans le panneau de bois à portée de main et poussa comme on le lui demandait. Les élancements qui suivirent lui indiquèrent, cruelle ironie, qu’elle avait bien fait…

Le douloureux manège dura ainsi pendant ce qui lui sembla un vie entière…
Focaliser sur le souvenir du bonheur qui emplissait la clairière lorsque Beuniore était venu au monde… focaliser sur le bonheur d’être bientôt mère de l’enfant de Mumi…
Et le « a » final de ce prénom si enchanteur de se voir hurlé à l’intérieur de la calèche, alors que l’enfant se frayait lentement son passage vers le monde exterieur…

Luisante de sueur, elle s’efforçait de suivre encore et toujours les conseils de Lusiana, serrant les dents malgré ses mâchoires déjà engourdies. Tentant de reprendre ce souffle qui lui manquait cruellement, elle appuya la tête contre la paroi de la calèche, haletante, avant qu’une nouvelle contraction ne lui vrille le bas des reins, impitoyable…

Lusiana a écrit:Le medecin encourageit d'une voix douce et calme le travail de la parturiente. Il fallait qu'elle reste calme et sure d'elle pour ne pas inquieter la future maman. L'endroit n'etait pas adequat et s'il se passait quelque chose d'inquietant, Lusiana n'avait pas tout son materiel pres d'elle. Elle pria les Ancetres de toute ses forces, Ceridwenn la Mere, pour que l'enfant vienne au jour sans probleme.

C'est bien Chimera. Continue. La tete est passée. Il n'y en a plus pour longtemps. Respire bien profondement. Detends toi. Reprend un peu de force, c'est bientot fini.

Elle lui epongeait le front, la rafraichissant de la lotion appaisante. Elle se demandait ce que fabriquait son compagnons. Elle aurait aimé qu'il soit là lui aussi pour soutenir la jeune femme de sa presence.

Allez Chim, encore une fois. Tu es tres courageuse. Tu vas y arriver. Tout se passe bien là. Il faut faire passer les epaules maintenant. Vas y tres fort!

Mumia a écrit:Mumia avait fait aussi vite qu'il pouvait pour trouver de l'eau chaude et des linges. Alors qu'il s'approchait de la calèche il l'entendit hurler son prénom, blêmit et accéléra le pas, à la limite de la rupture.

Arrivé à hauteur de la calèche il monta les contre-marches, y pénétra et déposa le baquet d'eau et les linges près de Lusiana.

Sa fiancée était en sueur et une grimace de douleur défigurait son visage d'ordinaire doux.

Il l'embrassa sur le front puis murmura à Lusiana :
je vais chercher Dame Anastriana, je reviens...

Et il sauta hors de la voiture et se mit à courir dans les ruelles de Rohan.

Anastriana a écrit:Ana marchait d'un pas tranquille dans les rues de Rohan, se dirigeant vers l'église, pour suivre la messe, dite en ce jour, par l'archevêque Poltau.
C'était pas rien tout de même.

Tout en marchant, elle admirait le travail des villageois, ils s'étaient vraiment mis en quatre, pour l'aider dans sa tâche, et elle trouvait le résultat magnifique. Elle nota dans un un coin de sa tête, de garder quelques idées pour Samhain.

Elle vit alors débouler un homme, qui arriva près d'elle en courant, lui demandant, entre deux souffles:


"Demat Madame, je cherche Dame Anastriana, la connaissez-vous?"

Ana sourit, amusée, se demandant ce que l'homme pouvait bien lui vouloir.

"Et bien messire, elle se trouve devant vous pardi!"

Ana vit alors l'homme l'attraper par la manche, la faisant courir dans ses chausses du dimanche sur le pavé à une vitesse folle, lui criant, tout en courant:

"Ma femme est en train d'accoucher, y'a déjà dame Lusiana, viiiiiiiiteuuuuu..."

Ana comprit alors la situation, elle enleva ses chausses, et arriva auprès de l'étrange convoi.

"Demat Lulu, ça en est où?"

Ana évalua rapidement la situation, et sourit.

"On y est presque, je vois!"

Lusiana a écrit:Lusiana entendit plus qu'elle ne vit Ana arriver. Chimera luttait courageusement contre la douleur qui devait lui dechirer les entrailles.

Oui, les epaules sont en train de passer. Continue Chim. Continue comme ça c'est bien.

Ana, tu veux bien me remplacer? La position est inconfortable, je commence à avoir mal partout. Je vais la soutenir derriere son dos.

Mumia a écrit:Il avait eu une chance extraordinaire, il avait trouvé très rapidement la dame mandée par Lusiana. Il lui avait rapidement exposé la situation et l'avait entraînée avec lui dans les dédales de Rohan, jusqu'à la calèche où le travail avait commencé depuis longtemps.

Laissant passer le médecin devant lui, il contourna la calèche pour monter de l'autre côté, là où il serait proche du visage de sa bien-aimée.

Il avait fait ce qu'il pensait utile pour l'aider...maintenant c'était à Dame Nature de faire son oeuvre, aidée en cela par ses bras armés que sont les médecins Dames Lusiana et Anastriana. Lui ne pouvait maintenant que soutenir, par sa présence, sa fiancée dans la douleur.

Chimera a écrit:Du mouvement autour d’elle… Un soutien nouveau dans son dos… le moindre mouvement était une torture, mais la compensation valait le coup…

Il était revenu avec une femme qui semblait connaître Lusiana… aveuglée par la douleur, elle ne la reconnaissait pas… Par contre, elle aurait pu reconnaître l’homme qui l’accompagnait, les yeux fermés. Ne voulant pas le voir s’échapper à nouveau, elle avant tendu la main vers lui, charnel substitut au bois sculpté… résistant… mais…

Un long gémissement accompagna son dernier effort. Crispée des pieds à la tête, broyant la main de Mumia dans la sienne, elle poussa une dernière fois comme si elle expulsait la vie hors d’elle… c’est exactement ce qu’elle faisait, et elle comprenait désormais douloureusement le danger existant…à quel point la frontière entre donner la vie et la perdre était fine et fragile…

Un bref instant plus tard, elle sentait le corps de l’enfant se désolidariser du sien… se doutant bien que seul un maigre lien physique les unissait encore… douloureuse séparation, à bien des égards…

Le souffle court, elle n’osait pas se relâcher, angoissante tension… l’attente d’un son, comme pour la petite fille de Mimilia quelques jours plus tôt…

Anastriana a écrit:Ana remplaça Lulu, elle ne l'aurait de toute façon pas laissée finir, pas la peine qu'elle s'attire des ennuis avec sa propre grossesse.
Elle la laissa aller derrière la jeune femme, et plaça ses mains, de façon à accueillir l'enfant, et le tirer vers elle
.

"Le monsieur là, il prend la main de sa femme!
"Allons-y, c'est pratiquement terminé, et poussez!"

Ana n'eut pas à faire grand chose, l'enfant glissa vers elle facilement, un accouchement normal, comme elle les aimait.
Le cordon qui rattachait l'enfant à sa mère ne gênait pas, et très rapidement, il poussa son premier cri, peut-être le seul, que l'on aimait entendre chez un nourrisson.
C'était un garçon, de fort bonne constitution, un petit en plein santé, qui exprimait à pleine voix, son envie de retourner à un endroit bien plus chaleureux.

Tenant l'enfant d'une main, elle fouille dans sa besace de l'autre, et sort un couteau, coupant le cordon, à quatre doigts de l'ombilic.
Elle attrape une serviette plongée dans l'eau chaude prêt d'elle, et retire les glaires collées à l'enfant.
Enfin, elle retire son châle, le met au chaud dedans, et présente l'enfant à ses parents, le plaçant sur la mère.


"C'est un garçon, en magnifique santé, il est superbe!"

Ana s'enduit ensuite les mains d'huile de violette, et fait sortir la secondine. Tout y était, le périnée était intact, Ana était ravi.
Un accouchement comme elle les aimait.
Elle nettoya le tout, et sourit aux parents.


"Mes félicitations... Qui que vous soyez!"

Mumia a écrit:Un cri...un être rose qui sortait du ventre de sa mère, lié encore à elle pour quelques minutes...

Le soulagement se lisait sur le visage de Chimera. Mumia, quant à lui, arborait un large sourire qui barrait son visage d'une oreille à l'autre.

L'enfant paraissait en bonne santé, sentiment rapidement confirmé par les dires de Dame Anastriana. Mumia embrassa son amour d'un baiser passionné, pour lui montrer, s'il le fallait encore, à quel point il l'aimait et était fier d'elle.

Le jeune homme regarda son fils. Son fils...il avait du mal à réaliser, et fut soudain traversé par une vague d'émotion telle que ses yeux se brouillèrent un instant.

Il regarda, attendri, la médecin poser délicatement l'enfant sur le ventre de sa mère, posa sa main sur la joue de sa fiancée puis, délicatement, comme s'il manipulait une fragile porcelaine, il fit la même chose sur la joue de son fils.

Jamais il n'avait ressenti joie aussi profonde...

Lusiana a écrit:Lusiana souriait attendrie. Tant pis pour la messe de l'archeveque et le Tro Breizh. Quoi de plus merveilleux que d'assister à la naissance d'un petit etre, d'un nouvel espoir.

Elle regarda les parents, sans pouvoir empecher une larme de joie couler sur sa joue.
Comme elle etait heureuse pour la jeune femme. Elle aussi avait sa famille maintenant. Mere Nature avait une fois de plus fait s'accomplir le miracle de Dieu. Et pendant que les cloches de l'eglise sonnaient au village la sortie de la messe, Lusiana communiait à sa maniere et se rejouissait de cette vie qui s'eveillait.


Soit louée, Mere de la vie
Pour cet enfant qui s'eveille
Rejouissons nous amis
Devant cette merveille

Chimera a écrit:Elles n'avaient pas menti... toutes ces femmes qui avaient été mères avant elle... Ce soulagement et ce bonheur sans nom qui envahissent l'être alors que le nouveau-né vocifère...

Premier contact avec le petit être... un garçon donc... Abby avait eu raison... Des larmes tout à la fois d’épuisement, de pure joie et de gratitude coulaient le long de ses joues sans qu’elle n’y puisse rien. Lorsque Mumia se pencha vers elle, elle leva la main qui avait tellement malmené la sienne pour la glisser dans sa nuque et partagea avec lui ce baiser complice et chargé de sentiments qu'ils mettraient sans doute longtemps à démêler... mais ils avaient pour cela tout le temps du monde...

Alors que que le jeune père saluait son fils, Chimera entendit la voix de Lusiana près de son oreille. Elle releva la tête et murmura un "trugarez" presque inaudible, la gorge serrée par l'émotion et la gratitude.

Après du repos et un bain gracieusement offert dans une auberge, ils s'étaient retrouvés en taverne plus tard dans la journée, malgré leur épuisement, pour célébrer la naissance du dernier membre en date de la famille de Dénéré et remercier les bienfaiteurs qui leur avaient prêté main forte. Lusiana... Dame Anastriana qu'ils avaient appris à connaître et déjà à apprécier, jusqu'au cocher de la calèche qui les avait conduits là et qui s'en était retrouvé tout chamboulé, la larme à l'oeil, en oubliant presque qu'ils avaient laissé l'intérieur de son outil de travail dans un drôle d'état. Il avait bu plus que de raison et claquait une grosse main dans le dos de qui passait à proximité en lui racontant l'événement: "Comme sur des roulettes hein? C'est le cas de le dire!" trait d'humour systématiquement suivi d'un éclat de rire tonitruant, lui-même parfois coupé net par un ou plusieurs hoquets.

Elle même s'était laissée aller à boire quelques verres, qui ne faisaient que retarder l'inévitable retour en force de la fatigue après un tel événement.
Quelques regards échangés: ils savaient tous deux que cette douce torpeur ne pourrait pas durer, il faudrait partir sans tarder, le Tro Breizh ne les attendrai pas pour continuer sa route. Une fois à Saint Brieuc, il leur faudrait prévenir les vannetais... et sa famille... En attendant, le confort du transport avec Chacha lui ferait assurément le plus grand bien...

Mais ils repasseraient par là sur la route du retour... Assurément, ils prendraient le temps...
avatar
Chimera
Admin

Messages : 145
Date d'inscription : 28/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://domainechimera.purforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum